Chères amiEs de la région de Bure,

notre résistance a lieu en ce moment sous une autre forme que chez vous. Nous avons des années durant manifesté, bloqué des trains Castor et sommes intervenus à d'autres niveaux politiques lorsque cela se révélait nécessaire.

Les transports Castor ne circulent pas en ce moment et le gouvernement a voté la sortie du nucléaire, qu'avons nous donc à faire? Il y a eu des voix qui disaient, maintenant on se calme et on voit ce que fait la commission sur les déchets nucléaires, on fait confiance.
Mais il y a eu aussi des personnes à qui cette quiétude ne disait rien de bon. Et ils avaient raison. Car il y a beaucoup de choses à redire sur ce qui se passe du côté de la commission enfouissement. [commission initiée par le gouvernement pour établir une procédure de recherche de site d'enfouissement des déchets radioactifs]. Toutes les erreurs qui ont été faites dans la recherche d'un site de stockage adapté ont certes été thématisées, mais pas suffisamment discutées et encore moins écartées.

On nous reproche toujours – le „nous“ c'est l'initiative citoyenne pour la protection de l'environnement BI Lüchow-Dannenberg – d'avoir refusé de travailler avec la commission enfouissement lancée par le gouvernement allemand.
Mais les événements ont prouvé que nous avions raison. Car en si peu de temps et dans les conditions posées, il n'était pas question de coopérer. Nos conditions n'ont pas été acceptées par les initiateurs de la commission. Et nos revendications auraient été balayées par une commission qui se serait affiché ouverte sans l'être.
Cela nous a à nouveau prouvé combien il était important de dire NON !
La commission enfouissement a maintenant publié son rapport, ça a un peu réveillé les gens ici dans le Wendland.
Lors de la publication du rapport en juin, nous sommes montés à Berlin avec 13 tracteurs et quelques personnes pour accompagner une conférence de presse de la commission au cours de laquelle nous avons ouvertement critiqué celle-ci.
Notre critique fait son chemin dans la tête des gens ici. La commission n'a pas posé les bases d'une relation de confiance. Des points ont été rajoutés en dernière minute au rapport. D'un autre côté des points importants tels la participation des citoyens au processus de recherche de site d'enfouissement ou bien la possibilité de porter une décision devant la justice sont absents du rapport. Sans parler de la vitesse soudaine à laquelle le tout doit maintenant être appliqué.

Comme dis ci-dessus, certains avaient l'espoir qu'on pouvait faire confiance. Mais force est de constater qu'il n'est pas simple de s'imposer face à des intérêts économiques et politiques.

Alors, qu'est-ce que tout cela a à voir avec vous ?
Comme insinué ci-dessus, votre situation semble être notre situation d'il y a bon nombre d'années. Il y a de nombreux parallèles – à des années d'écart. Vous agissez dans la rue ou dans votre cas précis dans votre forêt, fraîchement réoccupée.  Nos félicitation !
Nous voulons par cette lettre vous dire qu'il faut une endurance exceptionnelle pour s’immiscer dans les décisions des parlements et gouvernements et dire NON. Dire que les populations concernées ne sont pas d'accord. Et force est de constater, que même les décisions municipales ne font pas exception.
Nous vivons une époque ou les populations d'un site possible d'enfouissement ont leur mot à dire. Il faut encore et toujours le répéter haut et fort et si besoin se tourner vers d'autres moyens de résister.
Et puis: à partir du moment ou l'on agit de tous son cœur et prend ses responsabilités pour les générations futures, aucun engagement n'est trop cher.
Nous allons encore être longuement occupés avec la façon dont les politiciens veulent instaurer la confiance pour que leurs décisions soient acceptées par les citoyens. En tout cas, ce que nous apprenons de la violence policière par chez vous, nous montre qu'il y a encore du chemin à parcourir.
Nous vous souhaitons énergie et endurance pour votre cause.
Continuez de vous informez et sachez que nous sommes solidaires de votre lutte.
La lutte est le bon chemin, car il n'y a de changements que là ou les gens disent NON. C'est la seule façon de faire bouger les choses.
Nous espérons que vous allez tenir le bois occupé et ainsi le préserver.
Faites tomber les murs !

 Salutations résistantes et solidaires de la BI Lüchow-Dannenberg depuis le Wendland

http://www.bi-luechow-dannenberg.de/

Infos sur la lutte acutelle à Bure: http://vmc.camp/