Bure – Expulsion du bois Lejuc en cours – Solidarité!

La police en entrain d’expulser les occupants du bois Lejuc à Bure contre la poubelle nucléaire. Je reprends qq communiqués pour faire tourner l’info.

Sinon il y a des infos ici: https://manif-est.info/Expulsion-en-cours-au-bois-Lejuc-416.html?lang=fr et sur Twitter https://twitter.com/ziradies

PREMIER COMMUNIQUÉ DE QUELQUES HIBOUX DE BURE

Ce matin à 6h15 a débuté l’expulsion du Bois Lejuc par 500 gendarmes avec grand renfort de communication de la part du Ministère de l’Intérieur, et les chaînes d’infos en continu branchées sur les images sensationnelles de blindés militaires massés près de ce bois, de cabanes envahies au petit matin, de gendarmes en cagoule munis de tronçonneuse et caméras embarquées..

La police en entrain d’expulser les occupants du bois Lejuc à Bure contre la poubelle nucléaire. Je reprends qq communiqués pour faire tourner l’info.

Sinon il y a des infos ici: https://manif-est.info/Expulsion-en-cours-au-bois-Lejuc-416.html?lang=fr et sur Twitter https://twitter.com/ziradies

PREMIER COMMUNIQUÉ DE QUELQUES HIBOUX DE BURE

Ce matin à 6h15 a débuté l’expulsion du Bois Lejuc par 500 gendarmes avec grand renfort de communication de la part du Ministère de l’Intérieur, et les chaînes d’infos en continu branchées sur les images sensationnelles de blindés militaires massés près de ce bois, de cabanes envahies au petit matin, de gendarmes en cagoule munis de tronçonneuse et caméras embarquées..

.

L’opération, censée mettre à exécution une décision d’expulsabilité rendue l’année passée par le Tribunal de grande instance de Bar-le-Duc, intervient avant l’épuisement des recours juridiques (notamment sur la propriété de l’Andra sur le bois) et avant la fin de la trêve hivernale alors que plusieurs structures d’habitation et d’occupation avaient été installées aux abords et au coeur de la forêt. Alors même également que l’EODRA (association des élus opposés à l’enfouissement) avait domicilié en janvier son siège social dans la forêt. L’Andra ne pourra légalement commencer aucun de ses travaux dans le bois : l’Autorité
Environnementale a prescrit en octobre 2017 a l’Andra la réalisation d’une évaluation environnementale avant tous travaux préparatoire, la
période de nidification à la mi-mars empêche tous travaux, et l’Andra n’a pas d’autorisation de défrichement.

Comme en 2012 à Notre-Dame-des-Landes, les bulldozers suivent immédiatement les gendarmes, on rase au plus vite les lieux de vie sans laisser le temps de récupérer tous les effets personnels. Déjà suite à une première expulsion du bois en juillet 2016 les machines de l’Andra avaient défriché illégalement une partie conséquente des arbres avant que l’opposition ne réinvestisse et ne réoccupe la forêt à la mi-août 2016.

À cette heure, des arbres restent occupés par plusieurs hiboux. Une vingtaine de gendarmes mobiles sont en bas. Plusieurs personnes ont été interpellées lors de l’opération, ou sont encerclées sur des chemins menant à la forêt, de multiples vérification d’identité ont eu lieu. Au moins une personne a été placée en garde à vue.

RÉSISTER PARTOUT

Cette expulsion entérinée par le gouvernement Macron intervient dans un contexte de durcissement dramatique du contexte social à l’encontre du monde du travail, des étudiants, des migrant-e-s, etc . C’est la mise en place d’un modèle industriel et social à l’américaine qui précarise, piétine allègrement l’environnement et les populations et s’impose par la force et l’intransigeance. Le président Macron marche dans les pas de Margaret Tatcher: tolérance zéro, le message est clair.

Cette opération foudroyante est avant tout une manoeuvre politique à la mise en scène minitieusement orchestrée pour empêcher que l’abandon da l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ne galvanise la résistance partout en France. Une opération pour tenter d’enrayer tout le soutien national qui s’organise peu à peu, avec comme symbole une petite maisonette crée par le comité de soutien de Dijon qui devait être installée dans la semaine, la première cabane d’un comité de soutien. Dans les mots décharnés de la Préfète, c’est « un projet de construction en dur manifestant la volonté des opposants de s’installer durablement ». Nous disons que c’est un mauvais pari. Nous sommes déjà installé-e-s durablement, dans la forêt et partout autour dans les villages que nous habitons, mais aussi partout ailleurs en France où chaque opération de police multiplie les soutiens. Ce matin l’Etat a choisi d’envoyer un signal très fort qui nous confirme que la résistance doit continuer de s’organiser partout en France et au-delà et que Cigéo est un point crucial dans la pérennité d’une industrie nucléaire qui s’impose par la force sous couvert de concertation.

Lorsque nous avons commencé à occuper le bois Lejuc en juin 2016 nous n’aurions jamais imaginé que nous y serions 1 an et demi plus tard, que l’Andra devrait reculer, que des dizaines de comités se créeraient partout en France. Les ministres auront beau jouer le traditionnel jeu de la dissociation sur BFM entre les « méchants cagoulés » à nettoyer d’urgence et l’opposition citoyenne pacifique, ce discours n’a jamais pris à Bure où nous luttons dans mouvement protéiforme et
complémentaire. Tous les médias parlent de la « ZAD de Bure », pour mieux créer le parallèle avec NDDL dans l’esprit des gens. Nous avons toujours dit que s’il y avait une ZAD à Bure, c’était celle de tout un territoire, partout, parce que l’horreur atomique et le rouleau compresseur étatique qui la sous-tend ne connaissent pas de frontières quand il s’agit de broyer les existences des gentes et leurs territoires de vie au nom du profit et du contrôle.

La pornographie policière et médiatique des images de destruction et la mise en scène du « retour à l’Etat de droit » ne satureront pas nos têtes et nos coeurs, ne recouvrira pas tout ce qui s’est vécu depuis des années à Bure et tout autour, et ce qui va se vivre dans les années à venir. Expulser le bois Lejuc ce matin, c’est taper et attaquer partout toutes celles et ceux qui sont venu.es sur place par milliers dans les années passées et portent déjà en elleux partout, un morceau de Bure.

Chaque attaque nous renforce dans notre détermination, on ne nous atomisera jamais !

LES RENDEZ-VOUS

Ce texte est un premier communiqué écrit à chaud, d’autres suivront,d’autres voix, d’autres témoignages. Nous appelons d’ores et déjà :

==>  À organiser des rassemblements partout en France ce soir à 18h
devant les Préfecture et ailleurs, déjà :
– à Bar-le-Duc, préfecture, à 18h
– à Paris, 18h30 place Saint-Michel,
– à Nantes, 18h, devant la Préfecture
– À Saint-Nazaire à 18h30 devant la sous-préfecture
– À Blois devant la Préfecture à 18h
– À Toulouse à 18h devant la Pref
– À Rouen à 18h devant la Pref
– À Nîmes à 18h devant la Préfecture
– À à Fougères à 18h devant la sous-préfecture
– À Lyon à 18h devant la Préfecture
– Au Puy-en-Velay à 18h devant la Pref,
– À Longwy à 18h devant la permanence du député 17 route nationale Villers-la-Montagne
– À Quimper à 18h devant la Préfecture
– etc.

==>  À converger à Bure dés maintenant pour celles et ceux qui peuvent pour soutenir : rassemblement à 16h à Mandres-en-Barrois pour la venue
du ministre Sébastien Lecornu et à la Préfecture de Bar-le-Duc à 18h.

==>  À ce que partout des comités de luttes continuent de se créer et s’organiser pour amplifier encore plus la résistance.

==>  D’autres appels et rendez-vous suivront.

Pour coordonner et lister les appels à rassemblement et autres initiatives : écrire à sauvonslaforet at riseup.net et burepartout at riseup.net

Autres communiqués:
    – Coordination Stop Cigeo : burestop.eu
    – Réseau Sortir du Nucléaire :
http://www.sortirdunucleaire.org/Expulsion-en-cours-dans-le-Bois-Lejus

Toutes les infos sur l’expulsion et la résistance sont disponibles sur
manif-est.info (en relai quand vmc.camp crash) / vmc.camp

4 réflexions sur « Bure – Expulsion du bois Lejuc en cours – Solidarité! »

  1. Communiqué de presse du réseau Sortir du nucléaire – 22 février 2018

    Expulsion en cours dans le Bois Lejus

    La "concertation" selon le gouvernement !


    Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fermement l’opération d’expulsion en cours dans le Bois Lejus, près de Bure, où des militant.e.s occupent la forêt pour empêcher sa destruction par l’Andra.

    Cette expulsion, menée par une centaine de gendarmes, survient le jour même de la visite de Sébastien Lecornu en Meuse et Haute-Marne : voilà donc la conception du « dialogue » et de la « concertation » du gouvernement, qui impose un projet par la force, faisant fi d’une contestation large et justifiée ! Comment Nicolas Hulot, qui prétendait « qu’on ne pouvait pas imposer un projet comme ça par la force », compte-il justifier cette opération ?

    Cette opération de police est profondément révoltante, alors même que les failles techniques de CIGÉO sont de notoriété publique : risque d’incendie souterrain, impossibilité d’intervenir et récupérer les déchets en cas d’accident, rejets en surface considérables…

    Plutôt que d’écouter une contestation légitime, le gouvernement a choisi de donner des gages à quelques élus aveuglés par les subventions promises pour faire accepter le projet. Il a souhaité conforter une agence d’État qui met en danger les citoyens et a procédé à des travaux illégaux dans le Bois Lejus, dont la propriété est toujours contestée.

    Cette démonstration de force ne fera pas taire la contestation. Aux côtés des militant.e.s et associations locales, le Réseau “Sortir du nucléaire“ appelle à la constitution de comités de soutien partout en France et relaie l’appel à des rassemblements devant les préfectures ce soir à 18h. Les militant.e.s qui le peuvent sont invité.e.s à converger vers Bure.

    Contact presse :

    Charlotte Mijeon – 06 64 66 01 23

  2. COMMUNIQUE COMMUN du 22 février 2018

    Asodedra, Burestop55, Bure Zone Libre, Cedra52, Eodra, Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château, MNE, Mirabel LNE, et les Hiboux de Bure

     

    CIGEO/BURE : expulsion « illégale »  du Bois Lejuc et méthodes intolérables !

    Une fois de plus, le gouvernement préfère l’opacité et la force au dialogue

     

    Alors que le secrétaire d’Etat Sebastien Lecornu est aujourd’hui et demain en visite à Bure, l’Etat en profite pour évacuer le Bois Lejuc ! Il devait rencontrer des opposant.e.s demain en préfecture de Bar le Duc à 9h.

     

    L’Etat manie le chaud et froid de façon dangereuse

    Le gouvernement envoie un signal détestable et très inquiétant quant à sa conception de la concertation. Est-ce ainsi que se pratique la démocratie ? Visites diplomatiques, promesses d’emploi et de développement nucléaire d’un côté, et, simultanément, brutalité et répression aveugle envers une opposition pourtant chaque jour plus confortée ? Le projet Cigéo est un des plus risqué et hasardeux qui soit, les organismes officiels en charge de la sûreté l’ont récemment confirmé.

     

    Qui est illégal au Bois Lejuc ?

    Les occupants de la forêt qui ont construit une barricade contre un projet insensé et remis en cause de toute part, ou les pouvoirs publics qui par cette évacuation incompréhensible conforte ce projet ?

    Le gouvernement prétend faire respecter la loi, alors que l’ANDRA a été condamnée par trois fois et fait encore actuellement l’objet de quatre plaintes et recours devant les tribunaux pour  travaux illégaux et contestation de  sa propriété sur le Bois Lejuc.

     

    Nicolas Hulot joue la carte de l’hypocrisie

    Sébastien Lecornu, vient à Bure pour rassurer les élus – méthode forte envers l’opposition- ET poursuivre la politique de soudoiement local. Une nouvelle opération de communication ? 

    En acceptant Cigéo, les élus et les chambres économiques ont aussi validé les nombreux projets de nucléarisation censés faire de notre région un territoire d’excellence. Comment des instances supposées compétentes peuvent-elles imaginer l’avenir avec un nucléaire vieillissant, polluant et en faillite financière ? Et pourquoi une fois de plus la population a-t-elle été écartée de l’information préalable et des décisions ?

     

    Le ministre Nicolas Hulot a été interpellé de nombreuses fois par les opposant.e.squant à la situation de terrain. Il annonçait "privilégier le dialogue à l’usage de la force et de la brutalité", à l’Assemblée nationale début nombre 2017. Belle démonstration de double langage !

     

    Les opposant.e.s  envoient ce jour une fin de non-recevoir à l’invitation, envoyée tout juste hier, de rencontre de M. Lecornu. Celui-ci a choisi son camp et de la plus mauvaise des manières, alors que toute la gouvernance du projet Cigéo est à revoir !

     

    Les opposant.e.sappellent à des rassemblements ce soir à partir de 18h, devant les préfectures, pour signifier colère et détermination quant au refus de poubelle atomique ici ou ailleurs !

     

    Contact : 06 50 69 72 61

  3. Point de situation à 13h00

    – Une trentaine de personnes retranchées dans le dortoir de la Maison de Résistance

    – Les gendarmes interpellent et exfiltrent des gentes de la Maison de Résistance par le jardin

    – 3 gardes à vue prononcées avec personne réparties sur plusieurs commissariat

    – 5 vérif d’identité au moins depuis 6h15

    – Beaucoup de gendarmes dans Bure mais des soutiens à proximité de la Maison à l’extérieur

    – Un accueil pour les soutiens est possible à Mandres et Biencourt (café, réconfort, etc.)

    – Un numéro legal team pour signaler arrestations et violences policières est en place : 06 05 65 03 35

    Point de situation à Bure 11h36

    3 fourgons et une dizaine de gendarmes mobiles sont à la Maison de la Résistance.

    Ils sont entré de force dans la Maison en forcant les portes.

    Les opposant.e.s se sont barricadé.e.s sur la mezzannine.

    Une perquisition est en cours.

    Menace de donner l’assault à l’étage.

Les commentaires sont fermés.