Des militant-e-s vont partir ce samedi 18 février de Kiel (les bateaux nucléaires passent par le canal de Kiel) et Hambourg pour rejoindre Trêves, emportant avec eux un symbole représentant du Yellow Cake. Ils vont suivre le trajet emprunté régulièrement par les trains atomiques. A Trêves, ils vont récupérer des objets venus de France, symbolisant de l'hexafluorure d'uranium ainsi que des morceaux du mur des travaux liés au projet d'enfouissement des déchets nucléaires CIGÉO, symbolisant la résistance à ce projet fou et dangereux. Le voyage se terminera le 19 février à Gronau où se trouve l'usine d'enrichissement de l'uranium allemande. L'hexafluorure d'uranium qui y est transformé provient souvent de Pierrelatte en France.

Les militant-e-s antinucléaires veulent par leur action informer les voyageurs et le personnel des entreprises ferroviaires sur les nombreux transports atomiques et les dangers qui y sont liés, ceux-ci sont peu connus du grand public, du fait que les autorités n'informent pas sur le sujet. En cas d'accident, personne ne sait comment réagir. Les transports atomiques sont en Allemagne sensés continuer indéfiniment, puisque les installations et les transports qui permettent à l'industrie nucléaire de fonctionner ne font pas partie de la loi allemande sur la sortie du nucléaire.

L'action a de plus lieu en solidarité avec la lutte contre l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure. Une grande manifestation aura lieu à Bure le même jour. Les travaux de construction du site d'enfouissement des déchets nucléaires ont commencé l'été dernier. C'est grâce à une résistance déterminée, qu'ils ont dû être stoppés au mois d'août 2016. Le mur érigé par l'ANDRA (Agence nationale de gestion des déchets nucléaires) pour protéger les travaux est tombé sous les coups déterminés des manifestant-e-s à la mi-août.

« Arrêter d'en produire et surtout ne pas enfouir », c'est une revendication connue quand il est question des déchets nucléaires. Et c'est bien ce qui unie les activistes participant à l'action « train » et les militant-e-s de Bure ce week-end : Il s'agit de stopper la production de déchets nucléaires à sa source. Pour cela, il faut stopper les transports atomiques qui permettent à cette dangereuse industrie de fonctionner.

Pour plus d'informations

Page web de la campagne allemande contre les transports d'uranium : http://urantransport.de

Appel pour l'action « train » en allemand : http://urantransport.de/aktionstage/aktionsfahrt/

Appel pour l'action « train » en  français : http://urantransport.de/wp-content/uploads/2017/01/2017-appel-action-train-uranium.pdf

Page web de la lutte contre CIGÉO à Bure (francais): http://vmc.camp/