Deux écureuils avaient tendu des cordes entre deux arbres en travers de la voie ferrée. Ils s'étaient installés dans les cordes avec des banderoles. La police n'a réussi à les déloger que vers minuit. L'action de la police s'est révélée risquée. Ne sachant pas que faire, elle a tenté un peu tout et n'importe quoi. Des sacs de sables et des tapis de gymnastique ont été entassés sur les rails pour le cas ou la police ferait tomber les grimpeurs-euses en les délogeant. Une locomotive s'est approchée des militantEs avec des policiers se trouvaient sur le toit fort glissant, les deux militantEs se sont éloignéEs sur le côté.

Des policiers d'une équipe technique spéciale ont fini par prendre des échelles pour atteindre les points d'ancrage des cordes der militantEs. Ils ont sans avoir la moindre connaissance en matière d'escalade trifouillé dans tous les sens. Ils ne connaissaient qu'un seul nœud, celui qui sert de base pour faire ses lacets de chaussures... Facteur de chute ? Prusik ? Mouflage ? Ils ne connaissaient pas. Comme il ne s'agissait pas d'un cas d'urgence, les pompiers refusaient d’intervenir. Déloger des manifestantEs, ce n'est pas leur travail ! Ils sont cependant intervenus pour que la police respecte un minimum la sécurité, pour que la situation ne devienne justement pas critique au point que la police fasse tomber les manifestantEs.

Des pompiers spécialisés dans les interventions en hauteur ont montré au sol les nœuds à faire. Les policiers devaient ensuite monter sur l'echelle et faire les nœuds au bon endroit. Un pompier montait ensuite vérifier le nœud, et ainsi de suite. Au bout de quelques heures, le mouflage était prêt, les grimpeurs-euses ont touché le sol peu après minuit pour être aussitôt mis-es en garde à vue.

Le train est reparti une fois la voie libérée. Il a ensuite quitté le triage de Hambourg sud vers 2h30 du matin en direction de Machen. A 4h du Matin il n'avait toujours pas passé Buchholz, il se peut qu'il soit resté à la gare de triage de Maschen une journée. Il devrait normalement arriver ce vendredi à l'usine AREVA de Narbonne Malvési. Les deux écureuils sont sortis de garde à vue vers 4h du matin, peu de temps après leurs camarades. Le matériel d'escalade a été confisqué dans le cadre de la procédure judiciaire enclenchée à leur encontre. Les militantEs sont contentEs de leur action. Ils-elles ont montré une fois de plus leur détermination. Cette action fait suite à deux autres actions l'été dernier à Hambourg. Une inspection antinucléaire a eu lieu sur le terminal. Un train avec 50 containers de Yellow cake avait entsuite été bloqué dans le triage de Hambourg Sud.

Il y a des phots de l'action ici!

Update du 12 novembre: Le train passé Cologne mercredi matin a 6h, mais il y  avait 26 containers de Yellow Cake à bord, A Hambourg il y en avait seulement 15. On ne sait pas de quel port les containers suplémentaires sont venus. Le train a ensuite été vu au triage de Woippy (sans arrêt) et à 13h20 à Maizière les Metz.

Update du 14 novembre: Le train est arrivé ce vendredi à 8h40 à Malvési. Il était accompagné d'un hélicoptère et de beaucoup de police... 7 cars de CRS, l'hélicoptère a volé plusieurs heures.

L'action dans la presse

RoWo-Blog
Mopo,

Abendblatt,
Welt,
Radio Hamburg,
Hamburg zwei,
shz,
Neues Deutschland,
Sat 1,
NDR,
DPA-Video